Pénicilline, sushi et barbe à papa !

Samedi 5 novembre

Ce matin, nous étions censés aller au Taronga Zoo. Mais Thierry n’étant à son tour pas très en forme, nous filons chez le médecin. Ou plus exactement, au medical center, sorte d’usine regroupant une trentaine de docteurs, généralistes pour la plupart. Cet énorme cabinet est ainsi ouvert tous les jours de la semaine et offre le gros avantage de ne pas faire attendre les patients pendant des heures. Nous sommes rapidement reçus par un médecin sympathique et chaleureux. Il ausculte brièvement Thierry et le verdict tombe : ce sera dix jours de pénicilline ! Voilà le résultat quand on ne se fait pas ôter ses vilaines amygdales…

Pour la peine, nous nous offrons un bon déjeuner chez Sushi Roll (World Square, 644 George Street, 9h à 23h), un restaurant japonais où l’ensemble du personnel vous accueille d’un grand « Irashaimassssseeeee ! » Je me crois de retour à Tokyo l’espace d’un instant. Nous prenons place face au tapis roulant qui fait le tour du restaurant, transportant des mets divers et variés directement sous le nez des gourmets. Le principe est simple : on pioche parmi les plats qui défilent ceux qui attisent notre appétit, l’addition se fait au décompte des assiettes, leur prix variant en fonction de leur couleur : une verte vaut 3,6$, la bleue 4,6 et la dorée, la plus chère, monte à 6,8$ ! Le concept est assez répandu, il me semble que l’on trouve même ce type de restaurants à Paris, mais c’était une première pour Thierry et pour moi. Nous nous sommes régalés, mais il faut faire attention car l’addition peut vite atteindre des sommets…

Ensuite, direction Circular Quay et Argyle Street où nous empruntons les escaliers menant au Harbour Bridge. Nous avons décidé de retourner à Milsons Point en traversant à pied le célèbre pont. Il y a énormément de vent et je suis du coup bien contente de m’être équipée d’un petit foulard pour protéger ma gorge. Malgré le froid, la vue est époustouflante et l’on serait tenté de photographier l’opéra tous les trois pas. Enfin parvenus de l’autre côté, nous prenons la direction du Luna Park, fermé le jour de notre précédente venue. L’entrée est gratuite, nous pouvons donc nous en donner à cœur joie avec les photos (j’adore l’ambiance des fêtes foraines et des parcs d’attractions) sans débourser un centime !

Malheureusement, à part la façade qui attire vraiment le regard, le Luna Park est plutôt déprimant. Il y a assez peu de monde, des travaux, peu de manèges vraiment tentants… Il flotte comme une sensation d’abattement, comme si les lieux étaient à bout de souffle. Nous préférons nous réfugier sur les quais, plus accueillants et offrant une vue sur un charmant port de plaisance.

Alors que le soleil décline, nous reprenons doucement le chemin du retour, n’ayant pas la force, ni l’un ni l’autre, d’attendre que la côte se vête de ses apparats nocturnes.

 Pour voir mes autres photos, c’est par ici !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

About the Author

Catherine Derieux


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/41/d373202883/htdocs/lignesdhorizon/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

2 Comments

NowMadNow

Avec cet article, tu me replonges trois mois en arrière.

De mon côté, le luna park a été un régal tout en couleurs. L’ambiance rétro de fête foraine m’a charmé et la ballade sur le pont était magnifique.

NowMadNow

Reply
Cathy Mini

J’ai aussi beaucoup aime la promenade au bord de l’eau a cote du Luna Park. Lors de notre visite, une partie du parc etait en travaux, il y avait vraiment peu de monde, surtout pour un samedi. Certains maneges tournaient a vide… Je pense que c’est ce qui a joue sur l’ambiance un peu triste ce jour la. Mais j’ai ete bien contente de m’offrir une barbe a papa en tout cas ^^

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *